• Chien noir
    Chien noir © DR
  • Pi Ja Ma
    Pi Ja Ma © Florian Salabert

Pi Ja Ma

Pi Ja Ma – alias Pauline de Tarragon – dévoile son nouvel album ; Seule sous ma frange, succédant à Nice to Meet U, paru en 2019. Épaulée par son fidèle producteur et co-compositeur Axel Concato depuis son EP Radio Girl (2016).
L'entente artistique entre ces deux-là donne à ce disque une allure de légèreté sans prétention. Apparence qui atteste la maîtrise de son art, et confère au projet cette sensation de réconfort, nécessaire par les temps qui courent. Un voyage en deux parties ; la face A invite à la danse et à l'optimisme, la face B rappelle l'importance d'admettre sa propre mélancolie.
Pauline nous rappelle aussi la possibilité de s’établir au-delà des rapports de séduction, Pi Ja Ma met sa forte personnalité à l’œuvre et présente une véritable puissance de sa personne. Ce faisant, le chant s’accorde avec l’évolution générale : susurrée, assurée et, parfois même, hurlée, la voix de l’artiste prend les directions qui lui plaisent sans rien demander à qui que ce soit.
Et puisque certains risques méritent d’être pris, le défi est relevé haut la main.

chien noir

Sur des arrangements pointillistes de guitares, pianos et programmations électroniques, chien noir – alias Jean Grillet – interprète ses chansons d’une voix gracile qui évoque le paradis perdu de l’enfance. Accrocheuses et légères, on a envie de les écouter en boucle, puis de plonger en elles, parce qu’il y a un monde sous la surface.

Si chien noir assume une référence, ou une inspiration, c’est celle de l’Américain Sufjan Stevens, avec son album Carrie & Lowell. Il s’est reconnu dans ce disque, qui lui a montré la voie pour transformer un limon biographique en chansons lumineuses. La musique a ce pouvoir, et les chansons de chien noir en sont assurément dotées.